La bourse d'échanges

La restauration mais aussi l’entretien d'une voiture ancienne nécessitent, bien sûr, du temps, de la passion, quelques connaissances. Mais ils nécessitent aussi ... des pièces détachées !...

C'est pour cette raison que se sont créées les bourses d'échanges. Initialement lieux, comme leur nom l'indique, où des amateurs s'échangeaient entre eux des pièces automobiles, elles se sont rapidement organisées pour mieux répondre aux besoins des collectionneurs : à côté des étals amateurs qui perdurent (et c'est heureux pour la tradition !...), s'est constitué un réseau de professionnels, spécialisés dans la vente de pièces anciennes... ou refabriquées. Pour nombre de pièces (notamment des pièces d'usure, - mais pas seulement... - bougies, ampoules de phare, embrayages, courroies, etc...), il est ainsi possible de se procurer des éléments neufs qui vont permettre de redonner vie à un moteur, ou de remettre en état une carrosserie...

Les  bourses d'échanges sont donc des lieux importants pour les collectionneurs : ils les fréquentent assidument, y fouinent à la recherche de l'élément introuvable, y achètent les pièces refabriquées dont ils ont besoin. Dès 1990, les Calandres Tonneinquaises organisaient leur première bourse d'échanges à Damazan.

Traditionnellement située début janvier, elle est la première au calendrier  des collectionneurs, ce qui génère deux caractéristiques :

  1. - Sa précocité, connue grace à l'inscription  aux calendriers officiels, tant en France qu’à l’étranger, permet de drainer des acheteurs et des vendeurs provenant de toute la France et même, souvent, d’autres pays. On a vu ainsi des visiteurs espagnols, belges, etc... La réputation de la bourse d'échanges de Damazan est maintenant bien établie... 
  2. - En revanche, les conditions climatiques de janvier sont parfois extrêmes et, certaines années, du fait des dificultés à se déplacer, le public lointain est moins nombreux, voire inexistant. En moyenne toutefois, ce sont plusieurs milliers de visiteurs qui, chaque année, envahissent les rues de la bastide, et Damazan, parfois, est proche de l’overdose de visiteurs !...

La bourse d'échanges de Damazan repose sur l'aide bienveillante de diverses municipalités (Damazan, bien sûr, pour son accueil, mais d'autres aussi, qui fournissent des chapiteaux), et sur le travail acharné d'environ 40 bénévoles... 

Quant au contenu d'une bourse, il surprend parfois le néophyte, qui  croit se trouver à un vulgaire vide-grenier. Il est vrai que cela ressemble, au premier abord, à un fouillis indescriptible de vieille ferraille :  amoncellement de pièces mécaniques (moteurs, boite, trains roulants) ou de carrosserie ( glaces, capots, ailes, feux, portes), habillages divers (tableau de bord, boutons, sièges). Il arrive que, parfois, certains vendeurs ne savent pas exactement ce qu'ils vendent. Mais les acheteurs, eux, savent ce qu'ils achètent et se trompent rarement sur la destination de la pièce qu'ils ont repérée ... On ajoutera enfin qu'aux pièces de voitures et motos anciennes s'ajoutent, en quantité raisonnable (afin de ne pas dénaturer l'objet de la manifestation), des étals consacrés aux jouets anciens en lien avec l'automobile.

La bourse des 9 & 10 janvier 2010, à Damazan:
Voir les images

La bourse des 8 & 9 janvier 2011, à Damazan
Voir le programme

La bourse d'échanges des 8 & 9 janvier 2011, à Damazan
Voir les images